Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Arrivée de la 3e BRS à Brest en août 1916-Analyse de livres-Livres examinés par ordre chronologique de parution

Publié le par Jean-Paul Ancier

L’épineuse question des dates de départ d’Arkhangelsk et d’arrivée à Brest de la 3e BRS est très complexe car il existe un grand nombre d’hypothèses formulées par différents auteurs qui évitent de citer les sources auxquelles ils s’abreuvent, tous.

Au risque de se répéter, la « couverture médiatique » de la 3e BRS est notoirement sans commune mesure avec ce qu’a connu la 1ère.

La lecture de la presse, l’examen des reportages photographiques sont insuffisants pour se faire une opinion.

Cette circonstance explique sans doute que les auteurs insistent plus sur l’une que sur l’autre.

Ce qui n’empêche pas les versions contradictoires selon les ouvrages.

Au cœur de cette discussion, viennent s’ajouter deux autres points de « controverse » :

-le débarquement d’un ou de contingents de la 3e BRS à La Pallice -port de La Rochelle- en août 1916,

-et l’assassinat -commis par des soldats de la 2e ou de la 3e brigade ? - du lieutenant-colonel Krause.

En effet, la 3e BRS n’aurait pas été prévue pour le front occidental. Après quelques incidents et le meurtre, le 15 août 1916, du lieutenant-colonel Krause, commandant un détache­ment de cette brigade, l’état-major aurait jugé plus prudent qu’elle reste en France et soit envoyée sur le front de Champagne à la place de la 4e BRS.

Le site de l’Association La Courtine 1917 présente une chronologie du CER en France. A propos de la 3e BRS, il est indiqué :

-19/25 août, embarquement de la 3e brigade à Arkhangelsk,

-Septembre, instruction de la 3e brigade au camp de Mailly.

Et il est précisé que cette chronologie est tirée de l’ouvrage de Rémi Adam : 1917, La révolte des soldats russes en France, Editions LBC.

Ceci est une bonne base de discussion.

On passera en revue quelques ouvrages de référence pour tenter de trouver la réponse à cette question des dates précises de l’arrivée de la 3e BRS, qui comme toutes les questions simples devraient entraîner des réponses simples.

 

Histoire des soldats russes en France 1915-1920, Les damnés de la guerre, Rémi Adam :

Page 21 :

Protocole d’accord le 11 mai 1916 entre les émissaires français et le général Alexeïev… « Outre la 1ère brigade, la France accueillera la 3ème et la 5ème brigade tandis que les 2ème, 4ème et 6ème seront dirigées vers l’Armée d’Orient. »

Page 30 :

« Les soldats et officiers… furent acheminés dans le courant du mois de juillet 1916 vers Arkhangelsk. L’embarquement des troupes qui devaient se dérouler du 30 juillet au 11 août fut repoussé à plusieurs reprises. »

Difficultés et lenteurs dans l’acheminement des hommes et du matériel mais aussi résistance des soldats.

« Au 30 août, l’ensemble des troupes de la 3ème brigade… avaient quitté la Russie. » Convoi de sept bâtiments.  Débarquement « dans les deux ports de Brest et de La Pallice, à partir de la deuxième quinzaine du mois d’août 1916. » Traversée d’une dizaine de jours.

Page 31 :

« Déjà, une mutinerie éclate en août, dans une des unités destinées à Salonique. Lorsque les troupes de la 3e Brigade débarquent à leur tour, la fièvre est retombée … » 

Page 35 :

« Le 15 août 1916, vers 21 heures, le lieutenant-colonel Krause, commandant d’un détachement russe destiné à l’Armée d’Orient, est trouvé mort au camp d’Aygalades près de Marseille. Il vient d’être tué par ses propres hommes. »

Et phrase suivante :

« La première des brigades russes destinées au front oriental avait débarqué à Brest en juillet 1916 avant des traverser le territoire pour une courte escale à Marseille. »

Page 36 :

« Le lieutenant-colonel Krause, averti, ‘’accourut alors sur le pont’’ » (quid ?).

« Avant la fin du mois d’août, sept hommes furent passés par les armes », (au camp de Mailly).

Commentaires :

-Tout d’abord, de façon générale, il y a lieu de relever l’existence dans cet ouvrage d’une partie « Sources et Bibliographie » particulièrement fournie (pages 378-383).

-La 3e BRS est destinée au front français.

- « Au 30 août, l’ensemble des troupes de la 3ème brigade… avaient quitté la Russie. » Débarquement « dans les deux ports de Brest et de La Pallice, à partir de la deuxième quinzaine du mois d’août 1916. » Traversée d’une dizaine de jours. Il est certain qu'à Brest comme à Marseille en avril, les arrivées des différents navires ont pu s'effectuer sur plusieurs jours. 

-Une mutinerie éclate en août, dans une des unités destinées à Salonique. « Lorsque les troupes de la 3e Brigade débarquent à leur tour, la fièvre est retombée … » 

 -La totalité de la 2e BRS ayant très certainement débarqué avant le 15 août, ce ne peut être que certains de ses éléments qui ont tué le lieutenant-colonel Krause. Les « meneurs » sont envoyés à Mailly, pour y être fusillés. Par qui ?

Les Brigades russes en France, 1916-1917 une épopée oubliée, Xavier Culot :

Page 31 :

Le départ de la 3e BRS est prévu au 14 juillet 1916. Du fait du retard de l’embarquement de la 2e BRS destinée à Salonique, le départ réel du premier navire avec les 1800 premiers soldats de la 3e BRS, le Plata aura lieu le 13 août 1916. Les sept derniers quitteront Arkhangelsk le 30 août.

Page 32 :

Il est noté qu’à partir de Brest, les troupes utilisaient le chemin de fer pour être regroupées et réorganisées à Marseille d’où elles repartaient soit pour le camp de Mailly (3e brigade) soit pour Salonique (2e & 4e brigade).

Il est noté également que les troupes de la 3e BRS débarquent « à Brest et à La Pallice ».

Il convient de soulever un problème de cohérence interne et de relecture, car :

Page 96 (chronologie simplifiée) :

Il est noté :

-12 août, départ des premiers navires transportant la 3e BRS à partir d’Arkhangelsk,

-13 août, départ des navires transportant la 3e brigade,

-Fin août, arrivée de la 3e brigade à Brest et à La Pallice, transfert en train vers Marseille,

-17 septembre, arrivée de la 3e brigade au camp de Mailly.

-20 septembre, départ des derniers trains pour le camp de Mailly.

-17 septembre-15 octobre, entraînement de la 3e BRS au camp de Mailly. Période de préparation un peu courte, n’est-il pas ?

Pages 31 et 32 :

Les 2e, 3e & 4e BRS ont débarqué à Brest. « Cela conduit à la mise place d’un détachement russe chargé des affaires de transit maritime dans cette ville. La présence de ces hommes sera particulièrement remarquée à l’occasion des mouvements insurrectionnels de l’année 1917. Particulièrement sensibles à la propagande bolchevique du fait de leur isolement et de l’éloignement de leur hiérarchie, ils seront rapidement contaminés. Ils participeront activement aux revendications du mois d’avril 1917, soutenant -et étant soutenus- par des comités de marins français. L’influence des groupuscules crypto-bolcheviques au sein même de la Marine nationale française ne peut être négligée comme en témoignera plus tard l’affaire des mutins de la Mer Noire. »

Commentaires :

Au-delà de cette fâcheuse incohérence et de non-concordance de dates, il faut souligner que Xavier Culot s’appuie, pour l’ensemble de son travail, sur les archives du SHAT en les citant abondamment.

Il est possible de tirer quelques conclusions provisoires :

-retard du départ de la 2e BRS qui entraîne le retard du départ de la 3e BRS (prévu 14 juillet 1916, réel aux 12 & 13 août pour les premiers détachements à bord du Plata),

-derniers départs le 30 août 1916 (ou bien, fin août, arrivée de la 3e brigade à Brest et à La Pallice ?). Pour mémoire : dix jours de navigation entre Arkhangelsk et Brest.

-La Pallice.  Gilbert Cahen fait remarquer que L'Union Nationale (Journal de Saint-Jean-d'Angély, Charente-Maritime, paraissant les mercredi et samedi) sur juillet, août et début septembre 1916, ne mentionne aucune arrivée de contingents russes sur le port de La Pallice contrairement à ce que certains auteurs ont pu avancer (Rémi Adam, Xavier Culot, Gérard Gorokhoff & Andrei Korliakov, ECPAD, Marc Bouxin, entre autres).

Par contre, il relate les différentes arrivées à Brest, Marseille et camp de Mailly, la plupart du temps dans la rubrique « Dernières nouvelles ».

Il n’y aurait donc pas eu de débarquements de contingents russes à La Pallice en 1916.

Et en 1917 ?

Le Corps Expéditionnaire Russe en France et à Salonique 1916-1918, CERFS, Gérard Gorokhoff & Andrei Korliakov :

Pages 13 & 14 :

« Début juillet 1916, la 2e brigade, destinée au front de Salonique, s’embarque … Les premiers navires atteignent Brest le 16, après une traversée de deux semaines. »

« Une troisième brigade, également destinée au front de Macédoine … Elle embarque courant août pour atteindre Brest… puis dirigée sur Marseille. Mais des problèmes de discipline surgissent et, au lieu de l’envoyer en Macédoine, on décide de garder cette unité sur le front français ; le 20 septembre elle quitte Marseille pour le camp de Mailly. »

Pages 258 & 259 :

Une photo 380 est légendée page 261 : « le 18 août 1916 une vedette de la Marine Nationale accoste le Plata au large de Brest (après 10 jours de navigation) »

Page 261 :

« Les départs de la 3e brigade s'échelonnent dans la 2e quinzaine d'août. Elle ne suscite ni à Brest ni à La Pallice l’incroyable délire de Marseille… »

« Les troubles survenus à Marseille avant son embarquement obligent cette unité à rester en France. »

Pages 272 & 273 :

Une photo 401 est légendée page 271 : « le 20 septembre 1916, le 5e régiment de la 3e brigade quitte Marseille pour Mailly après le meurtre du colonel Krause. »

Commentaires :

On retrouve ici les « vérités » habituelles :

-3e BRS d’abord destinée à Salonique, puis changement de destination pour des « problèmes de discipline » (meurtre du colonel Krause !),

-arrivée du Plata (qui transporte le général Marouchevsky et son état-major) au large de Brest le 18 août 1916 (ce qui suppose un départ au 8 août) et, en même temps, il est dit que les départs s’échelonnent dans la 2e quinzaine d’août.

-Au 20 septembre 1916, elle quitte Marseille pour le camp de Mailly.

Soldats russes en France. Entre guerre et révolution, Rémy Cazals :

Page 219 :

Pas de mention des dates d’arrivée de la 3e BRS.

Il est noté que c’est au sein de la 3e BRS qu’une mutinerie éclate en août 1916 et qu’un lieutenant-colonel est assassiné. La 3e BRS restera en France.

Commentaires :

La version habituelle.

Héros et mutins. Les soldats russes sur le front français (1916-1918), Eric Deroo & Gérard Gorokhoff :

Page 15 :

La 3e BRS « a fini de débarquer à Brest à la fin du mois d’août, après dix jours de mer sans alerte. Alors qu’elle était initialement destinée au front de Salonique, un officier est tué par un de ses soldats au cours d’une altercation peu avant l’embarquement à Marseille. Pour mieux surveiller l’unité, le commandement préfère l’affecter au front nord-ouest. »

Divers rapports signalent le mauvais esprit d’un certain nombre de soldats qui seraient « travaillés » par la propagande révolutionnaire.

Commentaires :

Ici, la version retenue est la fin du débarquement fin août. La 3e BRS aurait été destinée à Salonique. L’assassinat de l’officier a provoqué ce changement de destination.

Images des Russes et des Français dans la Grande Guerre, ECPAD :

Page 23 :

« … en août 1916… les hommes de la 3e brigade … arrivent en France … pour rallier les ports de Brest et La Palice. » Pas de reportage de la SPA.

« Initialement destinée à combattre sur le front d’Orient, la 3e brigade est finalement dirigée sur le front français, après l’éclatement d’incidents liés au refus des soldats de rembarquer pour le front de Salonique.

Page 25 :

Carte : « Brest, 18-08-1916 ».

Commentaires :

Précision sur une date de débarquement, 18 août 1916. La 3e BRS reste en France pour refus de rembarquer pour le front de Salonique. 

Le temps retrouvé du soldat russe Anissim I. Otmakov, Gilbert Cahen :

Page 17 :

Le Plata, le plus important des sept bateaux (1800 hommes et l’état-major) et les Mingrelie, Circassie, Djibouti,Ionie, etc.

23 juillet 1916, « Au matin du 23 juillet 1916, l’escadre de la 3ème brigade appareillait dans les différents bassins d’Arkhangelsk.

Pages 19 … 21 :

2 août 1916 (un mercredi, le 20 juillet selon le calendrier julien), une fois les bateaux amarrés « le débarquement de la 3ème brigade s’effectua… »

Page 22 :

Le troisième jour d’août, défilé de la 3e BRS.

Page 27 :

7 août 1916, « En moins d’une semaine, la 3ème brigade avait entièrement quitté Brest. » Direction Marseille, via Paris.

Page 28 :

17 août 1916, « … le comte colonel Alexis Ignatiev, … fit part du dramatique événement qui venait de se produire quelques jours auparavant, précisément le 15 août dernier vers 21 heures : le meurtre d’un des leurs, le lieutenant-colonel Krause, par les hommes de son propre détachement. »

Pages 28 & 29 :

Alors que la 2e BRS devait embarquer pour Salonique, cet événement l’obligea à remonter sur le camp de Mailly où les sept « meneurs » furent jugés et exécutés. Retour à Marseille de la 2e BRS pour embarquer en direction de Salonique.

Page 30 :

« … les bateaux partis avec la 2ème brigade n’étaient plus disponibles pour acheminer les 5ème et 6ème régiments ce qui changea le destin de la 3ème brigade : elle ira sur le front de Champagne et non sur celui de Salonique comme prévu initialement. » Il aurait fallu en effet attendre plus de quinze jours, ce qui n’était plus possible.

Commentaires :

Les noms des bateaux sont un indice important (notamment pour les identifier sur les photos et cartes postales) : on aimerait connaître les deux autres. Patience.

Le calendrier julien et le calendrier grégorien ont-ils pu entretenir la confusion dans les dates de départ et d’arrivée ? Certes non.

L’assassinat du lieutenant-colonel Krause à la tête d’un détachement de la 2e BRS a-t-il pu avoir des conséquences sur la destination finale de la 3e BRS ?

On connaît le travail de Gilbert Cahen, descendant de soldat russe, dans la quête de ses origines. Travail opiniâtre, tout terrain.

En témoigne la liste impressionnante des sources documentaires (pages 261-267).

Sa conviction bien établie et bien connue est que la 3e BRS, au moins les premiers hommes et l’état-major sont arrivés à Brest le 2 août 1916.

Le Fort de la Pompelle et le Corps Expéditionnaire Russe, juillet 1916-avril 1917, Marc Bouxin :

Page 66 :

« Le but étant … de débarquer les troupes dans les ports de Brest et de La Pallice. »

Page 68 :

« A Arkhangelsk, sept paquebots et navires de transport français attendaient les unités russes. » L’état-major et 1800 hommes embarquèrent à bord du Plata, les autres à bord du Djibouti, du Circassie …

Appareillage le 23 juillet 1916, arrivée le 2 août.

« … la brigade, initialement prévue pour aller combattre sur le front de Salonique, quitta Brest par chemin de fer pour rejoindre Marseille.

Arrivé le 17 août … le général Marouchevski apprit du comte colonel Ignatiev … que la 3ème brigade changeait de destination et allait être dirigée sur la Champagne pour y rejoindre la 1ère brigade au lieu de se rendre à Salonique. »

L’ensemble des troupes se trouva réuni au camp de Mailly le 27 août 1916.

Commentaires :

La Pallice est évoqué sans plus de détails. La liste des navires est plus courte. Confirmation de la thèse de l’arrivée le 2 août 1916. Le changement de destination n’est pas expliqué. Relève de la 1ère BRS du 9 au 16 octobre 1916.

Le journal de Stéphane Ivanovitch Gavrilenko, Un soldat russe en France 1916-1917, Rémi Adam :

Page 15 :

« Trois mois plus tard, la 3e brigade emprunta la voie maritime du nord … et débarqua durant l’été à Brest et à La Pallice.

« Destinée initialement au front de Salonique, cette unité fut finalement maintenue en France à la suite d’un incident qui peut être considéré comme un indice de la tension déjà existante à l’intérieur de ces unités entre les soldats et les officiers. Le 15 août, un des membres de son état-major, le colonel Krause avait été retrouvé mort… »

Pages 185 & 156 :

« 15 août. Assassinat à Marseille du colonel Krause, officier supérieur de la 3e brigade. 

Septembre. Instruction de la 3e brigade à Mailly. »

Commentaires :

Imprécisions : débarquement en « été », « à Brest et à La Pallice ».

Destination initiale de la 3e BRS : Salonique. Le lieutenant-colonel Krause ferait ici partie de la 3e BRS.

Contradictions avec l’Histoire des soldats russes en France 1915-1920, Les damnés de la guerre, du même Rémi Adam quant à la destination de la 3e BRS et à l’appartenance du lieutenant-colonel Krause.

La question de La Pallice

On ne connait aucune photo sur l’arrivée de troupes russes à La Pallice, en 1916. Pas plus qu’on ne connait d’articles de presse. On ne voit d’ailleurs pas très bien les raisons logistiques qui auraient imposé un double débarquement de la 3e BRS à Brest et à La Pallice

Pour sa part, Jean-Pierre Caule dans son étude du 30 septembre 2017 constate :

« Il n’est question nulle part du port de La Pallice dans les convois amenant les 2e, 3e et 4e brigades, à confirmer par d’autres documents... ?

Par contre M. Bonnin fournit des documents très intéressants, issus des AD de La Rochelle, concernant l’arrivée et le départ de 2 bateaux transportant des troupes russes à La Pallice. Une partie de ces documents fait l’objet des pages suivantes.

Il s’agit des fameux artilleurs arrivant à La Palice le 21 juillet 1917. Leur départ est signalé à la gare de la Rochelle et leur passage à Bordeaux est signalé à destination d’Orange.

Les heures et la date exacte du passage à Bordeaux sont à confirmer. »

Les raisons de ce débarquement à La Rochelle plutôt qu’à Brest peuvent s’expliquer. Xavier Culot a rappelé l’existence d’un détachement russe, à demeure, à Brest pour l’accueil des troupes russes en provenance d’Arkhangelsk. Or celui-ci, soutenu par des marins français, a participé au mouvement né en avril 1917. Il était donc désormais impossible d’envisager un débarquement à Brest de troupes destinées au combat à Salonique.

On se reportera utilement à l’ouvrage, déjà évoqué, de Gérard Gorokhoff & Andrei Korliakov. En effet, pages 528-531, photos 819-821, on voit des images très impressionnantes de fraternisation de Français et de Russes à Brest le 1er mai.

La question de l’arrivée de la 3e BRS : début août ? Fin août ? début septembre ?

Que disent les publications récentes sur le sujet et sur d’autres connexes ?

Dans le cadre du Centenaire des mutineries, Annie Manigaud et l'Association La Courtine 1917 ont publié un ouvrage 1917, Le Limousin et la Révolution russe, Regards inversés.

Page 122 :

« La 3e brigade commandée par le général Marouchevski débarque le 2 août à Brest. »

L’association présente également une exposition itinérante 1915-1920 Le Corps Expéditionnaire russe en France dont la rédaction et la conception ont été confiées à Rémi Adam.

Page 6 du catalogue :

« 28 août : Assassinat du lieutenant-colonel Krause à Marseille au sein d’une unité destinée à Salonique.

Septembre : Instruction de la 3ème brigade à Mailly. »

Par ailleurs, la ville de La Teste de Buch (service Documentation) Le Corps Expéditionnaire russe en France 1916-1919 et Jean-Pierre Caule ont publié, à l’occasion des JEP des 16 & 17 septembre 2017 une brochure Le Corps Expéditionnaire russe en France 1916-1919.

Page 2 :

« Eté. Départ d’Arkhangelsk de la 2ème brigade destinée à Salonique ; embarquement de la 3ème brigade à Arkhangelsk. »

Impossible de résister à la tentation de citer le quotidien L’Est éclair (Aube) qui publie un article dans son édition de dimanche 8 octobre 2017, Michka mascotte des Russes à Mailly.

Michka, mascotte du 5e régiment « débarque dans le port de Brest le 1er septembre 1916 avec la 3e brigade russe commandée par le général Marouchevski, dans un navire en provenance d’Arkhangelsk. »

Commentaires :

Le 2 août 1916 a ses partisans, sinon la prudence est de mise. Michka arrive le 1er septembre 1916 ?

Quelques éléments pour finir

A propos des éléments que j’ai fournis…

Annexe 110 :

Dans son télégramme du 5 septembre 1916, Joffre dit « … garder en France troisième brigade russe, en cours de transport… »

Annexe 178 :

Dans son télégramme du 7 septembre 1916, Joffre dit « En raison désir exprimé par général Alexeieff : 1°- 3e brigade restera en France… »

Commentaires :

A la lumière des versions contradictoires évoquées tout au long de cet article, les mots de Joffre, « transport », « désir exprimé par général Alexeieff » peuvent s’interpréter différemment (Transport martine ? Transport ferroviaire ? Conséquence du meurtre de Krause ?)

A propos du « document fourni par M. Boulère » indiquant le départ des éléments des brigades : il ne peut être qu’un document prévisionnel car les dates d’arrivées à Brest ne correspondent pas et il n’y a eu que 4 Brigades envoyées en France.

Commentaires :

Rendre à César… Aline Duchêne s’est faite un devoir d’explorer, entre autres, les archives diplomatiques et à ramener (et diffuser) quantité de documents riches en informations en tout genre.

En l’espèce, il est juste de remarquer qu’il s’agit d’un document prévisionnel … qui peut s’avérer juste pour la 3e BRS !

Document envoyé par Jean-Paul Gady (créé par Igor Belle).

Commentaires :

Effectivement, il pourrait correspondre en partie pour la 2e BRS, mais ne correspond pas au message de Joffre pour les 3e et 4e. Et surtout, il est en contraction avec le fait que, le plus souvent, le chiffre de sept navires est avancé pour le transport de la 3e BRS. Ici il y en a dix et pas le Plata, annoncé comme le navire-amiral de la 3e BRS.

En résumé, Jean-Pierre Caule dans son étude du 30 septembre 2017 conclut (provisoirement) :

« - les convois transportant 2e Brigade arrive à Brest du 16 ou 17 juillet, puis vers le 5 août, sont dirigés vers Marseille et en partent fin août ;

- la 3e Brigade arrive à Brest deuxième quinzaine d’août et part vers Mailly ;

- des éléments de la 4e Brigade part d’Arkhangelsk avant le 7 septembre. »

Commentaires :

Sauf que la presse annonce un débarquement de troupes russes le 10 août 1916 à Brest. 2e ou 3e BRS ?

Laquelle presse deviendra plus ou moins muette sur l’arrivée de contingents russes.

A suivre… avec un livre de Yuri Danilov et des images de navires de transport.

Commenter cet article

A_D 18/10/2017 15:39

Bravo pour l'essai de croiser les sources pour vérifier une information... et j'entrevois bien la difficulté devant laquelle vous avez été avec ces différentes sources, ne sont pas toujours des sources originales, mais des sources qui citent des sources... et des sources qui parfois reproduisent les erreurs .de plus je suis persuadée que la différence entre les calendriers en vigueur en Russie et en France faussent la date réelle de certains faits, et cela même dans des ouvrages d'historiens.
A titre d'exemple, La photo dont vous parlez du 1er mai à Brest 17 , correspond-elle au 1e rmai du calendrier "russe" (pour simplifier) , donc au 14 mai en France , ou du 1er mai en France? d'où la difficulté de se fier aux témoignages des photos et journaux personnels des soldats russes pour dater les événements. Dans les cahiers de la Courtine et autres articles il est dit dans la chronologie "1er mai 1917 " les soldats russes dans les Vosges à Neufcahateau manifestent en arborant des drapeaux rouges ... Il s'agit du 13 ou 14 Mai en France et il sont encore vers Montfort et Baye dans la Marne ...
Pour les bateaux évidemment c'est différent.

petite marie 18/10/2017 15:29

c est très interessant.Peut être qu'un jour tu arriveras à avoir des dates et lieux exacts de l'arrivée de cette brigade.
Il faut beaucoup de patience et être passionné comme tu l'es pour lire tous ces livres et arriver à "recouper" tout ceci.