Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Offensive "Nivelle"- Le sacrifice

Publié le par Jean-Paul Ancier

Le "sacrifice" parce que ce sont des hommes dont on parle. Ils ont été envoyés à l'abattoir.

A la conférence des Alliés, en novembre 1916, à Chantilly, est décidée une offensive générale sur tous les fronts.

Sur le front occidental, d’une longueur de 50 km, sont concentrées deux armées françaises placées sous le commandement du Général Robert Nivelle, nouveau chef de l’Armée française depuis le 26 décembre 1916. L’attaque doit avoir lieu sur l’Aisne, fortifiée par les Allemands depuis trois ans. Les objectifs principaux étaient entre Reims et Berry-au-Bac: le Mont Spin, le Mont Sapigneul, Berméricourt et Courcy (occupé par les Allemands depuis septembre 1914 !).

Dans cette boucherie, les Brigades Russes Spéciales, faisant preuve d’un grand courage, perdent près de 5.000 soldats, sur les 19.000 engagés.

Les Russes sont rattachés à la Vème armée française du Général Olivier Mazel et sont répartis entre le 7ème Corps d’Armée (général Georges de Bazelaire) pour la 1ère Brigade et le 32ème Corps d’Armée (général Germain Passaga) pour la 3ème.

Le général Lokhvitzky « coiffe » désormais la division russe : la 1ère Brigade étant commandée par Netchovolodov, promu général et la 3ème, toujours par le général Marouchevsky.

Affectée le 28 novembre 1916 au 38ème Corps d’Armée français, la 1ère Brigade rejoint pour le 15 février 1917 la région de Prunay (est de Reims). Relevée par une brigade française, elle est ensuite stationnée à Ville-en-Tardenois (sud-ouest de Reims), avant de remonter au front à compter du 7 mars.

Le 11 mars 1917, la 1ère Brigade est positionnée sur le front de Courcy-Loivre au nord-ouest de Reims, secteur dit des « cavaliers de Courcy » (levées de terre bordant le canal de la Vesle à l’Aisne) dominé par le château de Brimont.

Elle fait partie des unités mobilisées pour faire sauter le verrou défensif de l'ennemi sur le Chemin des Dames.

Le temps est exécrable : pluie, neige, boue. Les ordres sont de prendre les positions allemandes « d'un seul élan ».

Le 16 avril 1917 à l'aube, la 1ère Brigade monte à l'assaut des tranchées allemandes qui défendent le Mont Sapigneul et le Mont Spin. Il faut passer 26 réseaux de barbelés.

(Vème & VI ème Armée le 16 avril 1917)

(Vème & VI ème Armée le 16 avril 1917)

(Le côté dérisoire et tragique: des milliers de morts pour quelques hectomètres)

(Le côté dérisoire et tragique: des milliers de morts pour quelques hectomètres)

L’objectif du jour est d’occuper le village de Courcy, puis en direction de Saint Thierry-Brimont de conquérir la voie ferrée Reims-Laon.

Le bataillon de gauche du 1er Régiment est coupé en deux par les tirs de barrage allemand. Le bataillon de droite attaque la tête de Cochon et se heurte au centre de résistance. Le bataillon du 1er Régiment enlève avec succès la 1ère ligne du bastion de Courcy. A midi, après de durs combats, la Vème Armée n’a pas de résultats sérieux excepté son flanc droit où les troupes du 7ème Corps d’Armée occupent les villages de Courcy, Loivre et Berméricourt.

La 1ère brigade fait des prisonniers: 11officiers et 635 soldats allemands mais les pertes sont sévères: 28 officiers et environ 50% des hommes de troupes.

Malgré l’échec partiel de la percée, le général Robert Nivelle demande de poursuivre l’action et le 7ème Corps d’Armée doit renouveler son attaque sur la côte 108, le Mont Spin et Sapigneul.

Le 17 avril, la 1ère brigade commence l’opération et attaque la position dite du « Fort Carré », après un succès momentané, elle doit se replier subissant les feux de mitrailleuses et une contre-attaque ennemie. Toute la journée, l’ennemi entretient un tir assez violent sur Courcy, le bastion de Courcy et la Tête de Cochon. A 3 ou 4 reprises, ce tir prend des allures de préparation d’attaque. Les troupes souffrent.

Vers 17 heures, un prisonnier explique que l’ennemi s’est concentré au Nord du Canal et s’apprête à attaquer à 18 heures. A droite, cette tentative est enrayée alors qu’à gauche l’ennemi pénètre dans les positions mais une contre-attaque l’en rejette rapidement.

Au matin du 18 avril, les Russes occupent l’objectif qui leur avait été fixé c’est à dire le « Fort Carré ».

Leur exploit vaut à la Brigade une citation à l'ordre de l'armée délivrée le 24 avril 1917.

Dans la nuit du 19 au 20 avril, la 1ère brigade est remplacée par une division française. Pendant ce temps, le 3ème bataillon du 6ème Régiment de la 3ème Brigade vient renforcer la 40ème division d’infanterie et attaque la Côte 108 qu’il occupe. Un autre bataillon aide les français sur le flanc ouest au Mont Sapigneul. Le reste de la 3ème Brigade renforce la 37ème division d’infanterie à l’Est du Mont Sapigneul et du Mont Spin.

Du 4 au 12 avril 1917, la 3ème Brigade, quant à elle, est implantée depuis le Fort de la Pompelle jusqu'à la ferme des Marquises, puis, elle attaque un segment territorial qui comprend une partie de la route Neuville-Aguilcourt.

A noter : du 26 novembre 1916 au 13 mars 1917, les pertes de la 3ème Brigade (outre les gazés du 31 janvier), sont de 41 tués dont 1 officier et de 280 blessés dont 4 officiers).

Sous le commandement du Général Vladimir Marouchevsky, (chef d’état- major colonel Prince Mourousi, le colonel Narbout (chef du 5è Régiment) et le colonel Simonov (chef du 6è Régiment), les bataillons russes s’élancent en avant et, après avoir occupé la première ligne ennemie, continuent à avancer et occupent successivement 3 lignes fortifiées : celles des Parallèles, de Tolus et de Lemberg, après une attaque à la baïonnette. Pendant ce temps, un bataillon traverse le bois et réussit l’exploit de conquérir et d’occuper le sommet du Mont Spin, essayant de prendre par l’arrière les tranchées ennemies.

Lors de cette manoeuvre, le bataillon russe effectue une attaque remarquable d’une batterie de campagne allemande située sur l’autre flanc du Mont Spin: les artilleurs allemands doivent utiliser des grenades pour se dégager. Cette attaque est qualifiée de « brillante » par le Commandement français. Les allemands essaient de couper de leurs arrières nos troupes, entraînées par leur succès. Les Russes, au prix de durs combats, se retirent.

Le 18 avril, la 3ème Brigade repousse la contre-attaque de l'adversaire. Le coût de cette résistance héroïque est élevé. Du 16 au 18 avril, la 3ème Brigade enregistre la perte de 12 officiers et de 258 soldats tandis que 20 officiers et 1 340 autres sont blessés et que 2 officiers et 436 soldats sont portés disparus.

A son tour, cette brillante unité est citée à l'ordre de l'armée le 29 avril 1917.

Les pertes sont sévères: 2 068 tués ou blessés dont 17 officiers. Les pertes totales des 2 Brigades Russes Spéciales dans l’opération d’avril s’établiront à 70 officiers et 4 472 soldats tués, blessés ou disparus.

Les 2 Brigades Russes Spéciales sont relevées le 20 avril 1917.

« L’ offensive Nivelle » est un échec véritablement sanglant, et ce dernier est remplacé, dès le 15 mai 1917 par le général Philippe Pétain. Le général Olivier Mazel est pour sa part évincé le 22 mai 1917.

(Le Miroir- n°181- 13 mai 1917- pages12-13)

(Le Miroir- n°181- 13 mai 1917- pages12-13)

(Le Miroir- n°181- 13 mai 1917- page 16)

(Le Miroir- n°181- 13 mai 1917- page 16)

Pour ses combats, les Brigades Russes Spéciales obtiendront respectivement le 24 avril et le 29 avril 1917 une citation l'ordre de l'armée.

La presse s’en est fait l’écho :

Le Petit Parisien du 21 avril 1917:

.

L'Offensive "Nivelle"- Le sacrifice

Comment les Russes ont pris Courcy –16 avril 1917-

D’un de nos collaborateurs au front.
Front de Champagne….16 avril 1917
« Je m’empresse de porter à votre connaissance que la première brigade russe de France, qui combat en Champagne avec le… Corps d’armée, s’est particulièrement distingué et a été cité à l’ordre de l’armée. Général Nivelle. Extrait de son télégramme au général Alexeïef.»

Citation du 24 avril 1917:

Ordre général n°166 du 25 avril 1917, général Mazel, commandant la Vème Armée.

Le général commandant la Vème Armée cite à l’ordre de l’armée (citation n° 22522 du 24 avril 1917, croix de guerre avec palme) :

« La première Brigade Spéciale Russe, constituée des 1er et 2ème régiments qui, sous le commandement de son chef, le Général Lokhvitzky, s’empara brillamment des objectifs qui lui étaient désignés, a mené ses efforts jusqu’au bout, malgré de lourdes pertes, particulièrement parmi les officiers et a repoussé avec succès toutes les tentatives de l’ennemi, visant à lui arracher le fruit de son succès ».

Citation du 29 avril 1917:

Ordre Général du 29 avril 1917, général Mazel, commandant la Vème Armée

« La 3ème Brigade Spéciale Russe, constituée des 5ème et 6ème régiment superbement commandée par son chef, le Général Marouchevsky, a eu une conduite brillante sous le feu de l’ennemi; ayant comme objectif l’attaque d’un point d’appui de l’ennemi, particulièrement bien fortifié, elle est partie à l’attaque avec un grand courage, malgré le feu mortel de l’ennemi ».

(Journal Officiel- 9 août 1917- pages 6124 & 6126)

(Journal Officiel- 9 août 1917- pages 6124 & 6126)

Repères chronologiques :

- 8 (23 février) -13 mars 1917 (28 février): révolution de « Février ».

- 15 mars (2 mars): abdication de Nicolas II.

D’abord occultés par les officiers, les événements en Russie sont révélés le 29 mars. Le général Palitzine vient, le 5 avril 1917, leur faire prêter serment au gouvernement provisoire Lvov-Kerenski. L’ordre est de poursuivre la lutte. Des comités (des « soviets ») de soldats sont créés en toute légalité. La discipline est respectée.

Un « formidable » clin d’oeil de l'Histoire : c'est le 16 avril 1917, que Lénine, après avoir traversé l'Europe dans un wagon plombé en provenance de la Suisse sous la « bienveillante protection » de l'Allemagne, arrive en Russie pour provoquer la suite de l'Histoire de notre temps.

Avec les conséquences néfastes que nous connaissons, pour notre famille et pour le monde entier.

(source inconnue...pour le moment)

(source inconnue...pour le moment)

Pour finir sur une note de fierté: ces photos et ces textes illustrant l'héroïsme de ces soldats russes "Morts pour la France"...

Commenter cet article

Alex 25/01/2015 22:54

je n'en reviens pas de ces détails concernant les stratégies, des manœuvres!